Le marché de l’art : un rendement de 7,6% par an depuis 2000 pour l’art contemporain et un accroissement de liquidité intéressant

  • 26/03/2018

Les investissements en œuvres d’art sont devenus une classe d’actif à part entière et de plus en plus privilégiées dans la gestion dynamique des portefeuilles des personnes fortunées et à juste titre car la liquidité des œuvres d’art commence à s’organiser de manière professionnelle et accessible à tout acheteur. La multiplicité des plateformes de vente d’art en ligne et l’accessibilité aux grandes maisons de vente aux enchères a changé la vision qu’avaient les investisseurs sur l’achat d’une oeuvre d’art, considérée dans le passé comme un investissement à long terme, risqué et n’offrant pas de liquidité.
Le dernier rapport de Artprice (www. Artprice.com) paru en ligne nous apprend que nonobstant la crise financière de 2008, le marché de l’art contemporain a progressé de 1.400% soit un rendement annuel de 7,6% sur les dernières 17 années.
Certains fonds spécialisés y voient une source de diversification de leurs actifs et des initiatives ont vu le jour pour renforcer le marché et accroitre sa liquidité.
Fin 2015 , le fonds d’investissement américain Carlyle et la banque privée suisse Pictet ont lancé une « start up » dotée dès sa création d’une somme de 280 millions de dollars : Athena Art Finance qui propose une solution de prêts innovante proposant aux collectionneurs privés et aux family offices de financer l’achat des œuvres d’art grâce à des financements d’une durée de 6 mois à 7 ans. Le marché de l’art est en effet un marché très peu développé sur le plan des solutions de financement, les acquéreurs utilisant dans quasi la majorité des cas des fonds propres.